Accueil > a86 > Accueil > Ouverture du tunnel A86 aux motos : compte à rebours
  • Ouverture du tunnel A86 aux motos : compte àrebours

    communiqué de presse du 16 juin 2009

    Première publication le 17 juin 2009, mis à jour le 2 juillet 2009


La FFMC s’est « invitée » au dernier grand exercice de sécurité avant l’ouverture du tunnel (prévue) pour fin juin. En présence des décideurs et des impliqués dans cette infrastructure : Cofiroute, Préfets, élus locaux, services de secours, de sécurité, de police...

Au PC de Cofiroute la présence d’un membre de la Fédération Française des Motards en Colère en a surpris plus d’un car l‘accès à ce tunnel, malgré nos multiples démarches et soutiens obtenus, nous reste toujours interdit…
Un ultime exercice de sécurité avant ouverture du tunnel au public, fin juin, du premier tronçon de 4.5 Km entre Rueil et Vaucresson à l’ouest de Paris a donc eu lieu hier soir.
2 heures de show bien rodé : simulation d’un accident impliquant 2 VL et une camionnette, avec 8 blessés dont 3 graves. Les multiples caméras (il y en aura 450 sur la totalité du tunnel), nous ont permis de suivre le déclenchement et l’arrivée des premiers secours, l’articulation des services de sécurité entre eux ; la sécurisation des automobilistes pris dans un bouchon de 800 mètres à l’intérieur du tunnel vers les niches de secours, une niche tous les 200 mètres, avec accès au 2ème niveau ; la communication aisée entre la voie supérieure et inférieure de ce « tube », les accès aux puits d’évacuation vers l’extérieur. Bref tout fonctionne parfaitement. Ce tunnel est le plus sécurisé d’Europe.
Ultime bonheur, en fin d’exercice des CRS motorisés se sont rendus sur les lieux de l’accident, et tout le public a pu, sur écran géant, voir évoluer deux « grosses motos » chevauchées par des conducteurs au gabarit qui va avec…. Aucun doute possible les motos ne sont pas géantes, et leur pilotes ne courent pas plus de risques que les autres usagers. Nous n’avons pas manqué de le commenter clairement, et plusieurs voix se sont élevées pour nous approuver.
Contact est pris avec Cofiroute, dont même le PDG, Pierre Coppey, nous a fait bon accueil. Les systèmes de détection sont au point, y compris pour les 2RM. Le Préfet des Hauts de Seine s’est engagé à nous recevoir rapidement. Nous avons remis à plusieurs décideurs des copies d’écrits de Dominique Bussereau où il mentionne :
En janvier 2008 qu’il est « sensible aux arguments mis en avant, notamment en ce qui concerne l’essor du trafic des deux roues motorisés »…
En août 2008 qu’il est « soucieux de ne pas pénaliser sans justification réelle cette catégorie d’usagers »…
Il ne manque que la signature ministérielle pour mettre en place le cahier des charges d’introduction des 2RM.
Pour le moment notre dernier recommandé envoyé il y a un mois, est resté sans réponse.

Avec la reconnaissance publique hier soir du bon sens de nos revendications, notre ferme détermination à ne pas laisser s’installer une jurisprudence d’interdiction à une infrastructure, l’image du « motard en colère » ne cesse de progresser positivement.

M. le Ministre la balle est dans votre camp. Nous ne lâcherons pas.

Réponse de D. Bussereau au député des Hauts de Seine du 280208
Réponse de D. Bussereau àla FFMC du 100108

Espace privé | SPIP | un site de la Fédération des Motards en Colère